Parcours de référence Sciences de la Mer

Un parcours se décline sous forme d’UE indispensables. Afin d’éviter, lors du semestre 3 de l’année 2, un trop fort cloisonnement des formations contraire à la philosophie du LMD, des UE d’un parcours pourront être suivies par des étudiants d’un autre parcours au même titre qu’une UE d’ouverture d’une autre formation. 

Néanmoins, un minimum de 21 ECTS propres à un parcours de formation est requis pour considérer que la compétence correspondante est acquise. Il est très vivement recommandé de prendre ces ECTS parmi les UE données pour chaque parcours, tout autre choix devant faire l’objet d’un accord de l’équipe de formation universitaire.

Parcours 1 : Fonctionnement des Écosystèmes Marins et Changements Globaux

Ce parcours est centré sur l’impact des changements climatiques et anthropiques sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes marins, à différentes échelles de temps et d'espace. Les conséquences de ces changements sur le métabolisme des organismes, la structuration des communautés et leurs fonctions, en particulier les impacts sur les cycles biogéochimiques des éléments sont présentés de façon approfondie. La partie appliquée de ces études océanographiques se fait grâce à des travaux pratiques s’appuyant soit sur des expérimentations en laboratoire ou in situ, soit par l'observation en mer ou par l’utilisation de méthodes d'analyse de grandes bases de données afin de diagnostiquer et modéliser les états des écosystèmes marins et de prédire leurs futurs changements.

Parcours 2 : Biodiversité et conservation des écosystèmes marins

Les écosystèmes marins sont soumis à des pressions d’origine anthropique croissantes. L’objectif de ce parcours est de fournir les bases conceptuelles et pratiques nécessaires à la compréhension des réponses de la biodiversité et des écosystèmes à ces pressions et à la définition de politiques de gestion adaptées. S’appuyant sur un corpus de connaissances, une attention toute particulière est portée sur les outils mis en œuvre concrètement dans l'évaluation et la gestion des milieux marins côtiers et hauturiers. Cela concerne, en particulier, l’évaluation des menaces naturelles et anthropiques et de leurs impacts sur les environnements marins, ou du suivi de l'état de santé des écosystèmes par le développement d’indicateurs. Ces approches sont autant de préalables à la mise en œuvre d’aires marines protégées. L’enseignement accorde une large part aux enseignements pratiques sur le terrain et au laboratoire, à la réalisation de projets intégrés et aux interventions de professionnels du secteur.